Présentation de la caravane «Taqeffaft n talwit d ussirem»

Article de : « ASSIREM N’YELLIS N’DJERDJER »

Solidarité avec des femmes et des enfants de quatre villages de Kabylie

CARAVANE « TAQFAFT TALWIT D USIREM »

Une initiative de solidarité en faveur des femmes et des enfants de quatre villages de Tizi-Ouzou (Kabylie): Ait Hague- Ath Wavaan – Tourirt Moussa Ouamar – Ahrik

La caravane, qui a démarré avec un objectif d’apporter sa solidarité et son
soutien aux femmes et aux enfants des villages kabyles victimes des feux du
mois d’aout 2021, s’est vu déviée de son objectif principal (tout en gardant
l’assistance médicale et psychologique), en partant du constat que les femmes dans ces villages reculés dans les montagnes Kabyles, sont livrées à elles-
mêmes. Du fait des traditions millénaires ancestrales entre celles païennes et d’autres rapportées par l’islam, les femmes sont embrigadées dans l’espace
restreint des villages ou la seule loi qui prévaut, c’est celle des males
dominateurs qui décident du sort de la communauté, et en premier lieu de la
vie des femmes. Ces dernières en majorité illettrées (celles qui ont pu
poursuivre leurs études ont fuit les villages), dépendantes financières des
males de la famille, voient leurs mouvements restreints, ne serait -ce pour une
visite médicale et de là à parler de connaissances de leurs droits, c’est une
chimère pour elles.
Pour essayer de travailler dans ces villages reculés de la « CAUSE DES
FEMMES », le travail a été très dur, d’autant plus que nous étions sous surveillance et nos gestes étaient épiés par les comités de villages. Malgré tous
les obstacles, nous avons effectué douze (14) caravanes et pu organiser :

  • Plusieurs conférences sur différentes thématiques liées aux droits des
    femmes et surtout autour du code de la famille qui n’est pas du tout
    connu en Kabylie contrairement au code coutumier toujours en vigueur.
  • Différents ateliers pour la « libération de la parole » pour que les
    femmes racontent leurs vécus et se projettent avec l’accompagnement
    des psychologues.
  • Différents ateliers de jeux de rôle, qui consistent à mettre le doigt sur
    l’origine des inégalités, ce qui permet d’engager des débats liés aux
    conditions très dures que ces femmes vivent dans leurs villages.
  • Expositions de photos et autres articles sur les violences faites aux
    femmes et aux filles qui ont aidé des jeunes à s’exprimer et raconter les
    violences tues (sexuelles).
  • Expositions des travaux artisanaux et des objets que ces femmes
    fabriquent mais dont elles ne tirent jamais profit, parce que ce sont les
    hommes qui vont aux marchés (réservés exclusivement aux hommes) et
    qui généralement ne remettent pas le fruit de la vente aux femmes. Des
    débats autour de l’organisation de ces femmes en coopérative et
    gestion de leur travail, sur le marketing à une échelle humaine pour
    qu’elles puissent parvenir à leur autonomisation.
  • Différentes activités liées aux divertissements par le chant et achewiq,
    chant traditionnel kabyle spécifiquement féminin ainsi que des
    expositions de dessins des filles des
    différents villages.

La caravane, c’est aussi :

  • 2500 femmes et 1000 enfants ont bénéficié de ce projet initié
    par ASIREM N YELLIS N DJERDJER
  • Trois (03) associations partenaires : Tharwa N’Fadhma
    N’Soumer, SOS femmes en détresse, Appel Egalité France.
  • Une fondation média : le Journal féministe algérien.
  • De nombreux donateurs parmi lesquels les entreprises: DORIFLOR, MARGOMED, ETUSA, le syndicat SATEF, les associations SOS Enfants et des handicapés de Tizi-Ouzou, le
    Rotary Club, Caritas, la LADDH
  • Le Fonds Femmes en Méditerranée nous a soutenu tout le long de cette initiative.
  • 25 jeunes mobilisés à chacune des caravanes.
  • Une cinquantaine de bénévoles venus prêter mains fortes de 4wilayas du pays (Alger, Bejaia, Chlef et Tizi-Ouzou)

Un groupe de bénévoles à Ath Hague le 3 septembre 2021

Parmi ces bénévoles:

16 médecins mobilisés (urgentistes, cardiologues,
dermatologues, gynécologues et pédiatres).

20 étudiant.e.s en médecine en fin de cycle.

03 psychologues et 1 psychiatre.

04 dentistes pour chacun des déplacements Ath Hague, Taourirt Moussa et Ahrik

03 infirmières et une sage-femme, qui ont réalisé, comme indiqué plus haut 990 consultations, dont : 630 femmes et 240 enfants; 120 consultations psychologiques, 150 femmes ont bénéficié de consultations spécialisées durant le mois d’Octobre rose, dépistage du cancer du sein et 86 femmes ont bénéficié de mammographies payées à raison de
50 pour cent, contribution d’une clinique privée de Tizi-Ouzou.

Une conférence de sensibilisation sur le cancer de l’utérus et du sein a eu lieu durant la campagne « Octobre Rose ».

Il y a eu 25 consultations à domicile pour des malades ne pouvant pas se déplacer

Certains habitants males des villages ont bénéficié de consultations (chiffre non enregistré)
Il est important de noter que, parmi les résultats de cette caravane, les médecins disposent des résumés des pathologies rencontrées. Ils continuent à suivre dans leurs cabinets privés gratuitement, les malades dans le besoin. Cela se fait en collaboration avec les médecins des hôpitaux publics. Des analyses, des consultations et des hospitalisations ont été assurées.

La caravane, c’est également :

Des animations et des spectacles avec des clowns, des magiciens, des chants, de la musique, des arts de rue …

Animation et spectacle à Taourirt Moussa et Ahrik

Des centaines de fournitures scolaires, 500 cartables, autant de stylos, de crayons, de cahiers

Des collations pour les enfants à chaque déplacement dans un village.

Des centaines de jouets pour tous les âges.

100 livres et bandes dessinées en tamazight ont ravi les enfants et leurs parents à Ath Waavan.

La caravane Aujourd’hui …

Des initiatives pour pousser les femmes des villages à s’organiser elles-mêmes, dans des comités femmes, des coopératives ainsi que des associations et ainsi, porter leurs projets et réfléchir .ensemble aux différentes possibilités pour pouvoir s’autonomiser et ainsi être maitresse de leurs destins et participer à la gestion de la communauté par la sauvegarde de la biodiversité locale. Au début de cette belle aventure, des femmes ont été invitées à exposer leurs produits lors des caravanes.

Expositions de produits artisanaux à Ath wavaan et à Ait Hague

A lire également